Besoin d'aide?

Clique ici si tu vis au Nunavik.

Tout le monde a le droit d’avoir des relations saines et de vivre une sexualité sans risque, ce qui comprend notamment le droit de se libérer de la violence et d’avoir accès à des condoms, à des méthodes contraceptives et à des contraceptifs d’urgence ainsi qu’à des services d’avortement surs.

La violence peut survenir dans n’importe quelle relation. Ce n’est pas sain, et ce n’est jamais acceptable. Si tu es victime de violence, sache que ce n’est pas de ta faute. Parles-en à une personne de confiance, rends-toi au centre de santé ou appelle les services sociaux, la GRC ou le CPRK.

  • Ligne d'aide Kamatsiaqtut
    Iqaluit: 867-979-3333
    Partout au Canada: 1-800-265-3333
  • Jeunesse, J’écoute
    1-800-668-6868
  • Ligne d’urgence pour les enfants victimes de violence
    1 800 422‑4453 (24 heures sur 24)
  • FEM'AIDE (Ligne de soutien pour femmes violentées)
    1-877-336-2433

Il y a un refuge pour les victimes de violence familiale dans les localités suivantes :

  • Cambridge Bay (refuge d’urgence St. Michael’s) : 867 983‑5232
  • Iqaluit (refuge Qimavvik) : 867 979‑4500
  • Kugaaruk (centre pour les victimes de violence familiale) : 867 769‑6100
  • Kugluktuk (centre d’hébergement pour les femmes victimes de violence) : 867 982‑3210
  • Rankin Inlet (refuge de la Société Kataujaq) : 867 645‑2214

S’il n’y a pas de refuge dans une localité, communiquer avec la GRC ou les services sociaux locaux.

Il est aussi possible d’appeler un intervenant local en matière de violence familiale.

Pour en savoir plus sur la violence familiale :
Ministère des Services à la famille du Nunavut 

Clique ici si tu vis au Nunavik.

Tu n’es pas seule ou seul. Si tu es stressée ou stressé ou si tu as de la difficulté à composer avec une maladie mentale, confie-toi à une personne de confiance – membre de la famille, ami, ainé, conseiller, professeur, travailleur social, travailleur en santé mentale ou infirmière.

Si tu songes à te faire du mal ou si c’est le cas d’une personne que tu connais, appelle une ligne ou un numéro d’urgence, ou rends-toi sans tarder au centre de santé.  

Pour parler à quelqu’un, appelle :​

Pour en savoir plus :

Clique ici si tu vis au Nunavik.

La puberté fait partie du développement naturel d’une personne. Tous ces changements auxquels ton corps essaie de s’adapter pourraient te faire sentir bizarre ou provoquer chez toi de la confusion ou même de la peur.

N’oublie pas : tu n’es pas seule ou seul. Parfois, parler avec un adulte en qui tu as confiance peut aider, que ce soit un parent, un membre de ta parenté, une infirmière, un conseiller ou un enseignant.

Consulte les liens suivants pour en savoir plus sur la puberté :

Clique ici si tu vis au Nunavik.

Ressens-tu de l’anxiété ou de la confusion par rapport à ton identité de genre ou à ton orientation sexuelle, ou connais-tu une personne dont c’est le cas? Tout le monde a droit au respect, peu importe son orientation sexuelle et identité de genre.

Le roman illustré CHOIX raconte de belle façon l’histoire d’adolescents au Nunavut et de leur façon d’aborder la sexualité et les relations.

Les groupes communautaires de jeunes offrent de belles occasions aux adolescentes et adolescents de discuter de la réalité des personnes GLBTBQ et du soutien à leur offrir, ainsi que d’autres questions liées à la sexualité.

  • Renseigne-toi sur les genres et la sexualité. TeensHealth - Sexual Attraction and Orientation [en anglais seulement].
  • Discute avec une personne de confiance (conseiller, professeur, infirmière, travailleur en santé mentale). Confie-toi à un adulte de confiance si tu es témoin d’intimidation ou de violence.
  • Respect les autres dans leur décision de garder secrète leur orientation sexuelle ou identité de genre.
  • Aide une personne qui t’a parlé de son identité de genre ou de son orientation sexuelle. Dis-lui que tu te soucies d’elle, peu importe la situation.
  • Appelle une ligne d’aide :

Clique ici si tu vis au Nunavik.

Fumer ou consommer de la drogue ou de l’alcool peut créer une forte dépendance. Une fois qu’on a commencé, il est difficile d’arrêter. Tu peux obtenir de l’aide. Parles-en à quelqu’un en qui tu as confiance : un membre de ta famille, un ami, un conseiller, un enseignant, une infirmière ou un ainé.

Clique ici si tu vis au Nunavik.